Ne m’appelez plus jamais France…

Ca peut être dangereux de réveiller -et de réinterpréter- un tube cahotique de Michel Sardou. Mais tous les moyens peuvent être bons pour sauver un navire qui a bien donné: PRB, le 60 pieds qui par deux fois s’en revint vainqueur du Vendée Globe (avec Michel Desjoyeaux en 2001, puis Vincent Riou en 2005).

Ca pourrait donc donner ça.                                  

« Que le plus grand navire de guerre                 PRB Blog

ait le courage de me couler

le cul tourné aux Sables

Pays vendéen où j’ai brillé »

 

L’ex-PRB -désormais sans nom- se balance doucement au bout de ses cordages, ponton à mouette, abandonné le long d’un quai brestois. C’est un chef d’oeuvre en péril et c’est comme si tout le monde s’en fichait alors qu’on peut pas dire que le marin n’a pas un coeur gros comme ça.

PRB a accompli trois grands tours, avec Mich’Desj’, Vincent Riou, et enfin Sam Davies qui frôla le podium en 2009. Y a pas mieux comme tableau de service. Un polonais peu amariné, Krzysztof Owczarek) (83 points au scrabble), s’imagina peut-être qu’il suffisait de s’inscrire à la suite du trio émérite, pour se consacer tourdumondiste.     krystof 

Il visa le tour en duo, la Barcelona World Race 2010/2011, s’acoquina avec Armand Coursodon, ancien équipier de Kersauson. Au début la communauté des marins lui serra la pogne et lui prêta la main. A la fin, puisqu’il n’écoutait que lui, plus personne ne lui, tendit même l’oreille. « Un rêveur », « un paumé », »un lascar » qu’il paraît. Le bateau nécessitait quelques travaux, notamment de moteur, pour concourir en toute sécurité, pour être-à-la-jauge. L’équipage fut déclaré inapte au départ. Denis Horeau, directeur de course responsable, qui entend d’abord ramener tout son monde à bon port, assume: « il n’était pas prêt, pas à sa place, il faut quand même un minimum. » Le bateau a traîné sur un bout de quai espagnol, accumulé les dettes, fâché les créanciers et la justice espagnole. Il s’est échappé à l’anglaise. Il s’est retouvé en France, à Brest, à ne rien faire, juste à grossir encore un peu plus la note du passif, car une place à quai ça se paye. Puisque plus personne ne fiance, il doit être vendu. Mise à prix dans les 150 000 euros. Si quelqu’un en veut encore. Après tout, pas loin, à l’Arsenal, Kersauson avait délaissé son Géronimo, vaillant trimaran recordman du Tour du Monde en équipage, qui des années prit la pluie sans la mer, avant d’être soldé cette année à Thomas Coville…

Michel Desjoyeaux suit ses anciens bateaux sans larme mais avec reconnaissance. Il est désolé mais sans solution. « Tu peux casser ta tirelire si tu veux… » Il fait remarquer qu’il a « déjà un MOD qui dort. » Un trimaran de 70 pieds sans sponsor et sans courses pendu dans les cimaises du chantier. « Y a que Tabarly qui arrivait à garder certains de ses bateaux »

Avant de faire tonner « La Tapageuse », pour ne plus voir pourrir PRB, tentons de la refourguer, l’llustre navire.                  p400combat     

Denis Horeau, qui conseille souvent les nouveaux candidats au tour du monde, est formel:

« Aussi bien pour Michel (Desjoyeaux), pour Vincent (Riou), ou Sam (Davies), le bateau a parfaitement rempli son rôle, et il pourrait encore être un bonne base pour un débutant. Il est bien conçu, solide, facile. Ce serait pas un plan idiot. » Faudrait juste rallonger au prix de l’adjudication, pour quelques travaux à « peut-être 200 000 ou 300 000 milles euros. » Il se murmure que certains se tâtent.

C’est triste un monument qui se délite. Mais c’est comme les châteaux. C’est pas cher, c’est après que ça commence, et que ça plombe.                    PRB Blog 2

On se disait qu’à défaut de retenter le Vendée, PRB pourrait faire un sacré vieux gréement pas si vieux et très véloce, qui dépareillerait pas dans les beaux rendez-vous. Bernard Gallay est brooker et ex du Vendée Globe (8éme en 2001). Il vend de tout. Il dit que pour les 60 pieds c’est pas facile. Il en a une petite dizaine en catalogue. De l’ex-Bel de Kito De Pavant à 1 million d’euros, à beaucoup plus ancestral à dix fois moins. Bagages Supérior (avec Gautier en 1993) et Géodis (avec Auguin en 1997), rentrés tous les deux les premiers, ont changé de main pour 100 000 euros environ. Gallay n’est pas commis pour vendre PRB, mais il a son avis: « pour des coureurs ces bateaux deviennent très vite obsolètes en performance; pour des particuliers ils sont compliqués à manoeuvrer (mâts inclinalbles, ballast), pas faciles à rentrer dans les ports avec leur tirant d’eau, complexes aussi à entretenir et donc ils finissent par pas valoir grand chose. » 

Jean-Jacques Laurent, le patron de PRB n’est pas un insensible. « Quand le bateau était abandonné en Espagne on a regardé avec Vincent (Riou) si on pouvait le récupérer pour l’utiliser en sorties clientèle, au cas où… Sauf que sa configuration, avec le rail de grand’voile qui encombre tout l’arrière, c’était pas pratique, ça permettait pas de mettre assez de gens. »

Peut-être qu’un jour, un bateau doit prendre le vent depuis la terre. Celui de José Ugarte (6éme du Vendée 1993) fait le monument devant le sublime musée de Bilbao.

Peut-être que PRB pourrait remplacer le moule du PRB précédent, skippé par Isabelle Autissier, qui paradait devant l’usine de matériaux pour le bâtiment, pas loin des Sables, qui faisait aussi carré VIP au salon Batimat. « Faut que je regarde ça » glisse Jean-Jacques Laurent

Peut-être que l’organisateur du Vendée Globe pourrait… Bruno Retailleau ne souhaite pas se laisser joindre. Il est un peu reconnu. Il est toujours en figure de proue sur les photos avec les héros marins. Francois-Gabart-felicite-par-Bruno-Retailleau

C’est plus Saint-Lys Radio et les comm incertaines et crachoteuses, mais impossible de parler avec le très occupé sénateur-président du conseil général-patron de l’UMP locale-père de famille-patron du Vendée etc. Il tweete jour et nuit, il gazouille, il a des secrétaires, des boîtes mails, mais silence radio sous l’inondation de requêtes. C’est quand même pas parce que Philippe De Villiers, son prédecesseur avait eu l’idée d’un grand musée du Vendée Globe, ou pourquoi pas, les bateaux de légende auraient pu témoigner?

Pendant ce temps là, PRB, pourrit.